post-602-1286876723

Maître SABURO KATO et ses légendaires forêts

Le défunt Maître japonais Saburo KATO (pépinière Mansei-en) était bien connu pour ses compositions de forêts ou d’ishizuki a base d’épicéa provenant de l’île d’Hokkaido mais aussi pour ses fabuleuses forêts de Charmes japonais ou « carpinus turczaninowii » caractérisés par leur écorce blanche et lisse avec des zébras gris.

 

Acquisition d’une forêt de charme créée par Saburo KATO :

A l’automne dernier j’ai eu l’opportunité d’acquérir l’une de ses compositions importée il y a un bon nombres d’années en Europe du coté de la Belgique.

Cet arbre trouva un nouveau propriétaire puis changea de main une fois de plus, pour finalement arriver dans mon jardin. L’entretien de ce style d’arbre « avancé/mature » ne s’improvise pas, il faut gérer un ensemble de facteurs indispensables que l’on nommera le mochikomi avec les applications suivantes pour que l’arbre puisse progresser tout au long de sa vie.

 

Facteurs liés au mochikomi :

1. Arrosage:  ils devront être gérés de façon a ne pas apporter trop d’eau à l’arbre.

2. Techniques de tailles: pincement/défoliation/entretien, qui seront en générale appliqués au printemps pour les pincements, début de l’été pour la défoliation et à l’automne pour les tailles d’entretien et de structuration.

A noter que la taille d’entretien se pratique aussi tout au long de l’année d’avril à septembre.

3. Emplacement: l’arbre devra recevoir la quantité de soleil et de luminosité suffisante pour avoir une croissance compacte.

4. Fertilisation: les apports en engrais organique à décomposition lente seront a privilégier et seulement à l’automne, jamais au printemps sous peine de voir les entres noeuds s’allonger fatalement.

5. Substrat/rempotage: il faudra absolument sélectionner un substrat adapté à l’espèce et d’une granulométrie fine, dans le cas présent l’akadama est choisi.

J’entend souvent dire qu’avec le temps l’akadama se délite, c’est vrai mais c’est aussi parfait pour le mochikomi des arbres qui auront plus de mal a respirer dans la poterie et réduiront naturellement leur pousse. Les rempotages seront espacés en fonction de la vigueur de l’arbre mais il faudra bien veiller à ce que celui ci ne dépérisse pas!

C’est ce thème là que nous allons aborder dans la suite de l’article.

 

L’honneur de continuer le travail d’un grand maître :

Cette forêt de charmes était sur le fil de sa santé. En effet l’arbre commençait à perdre de sa ramification, voir même certaines branches faibles, il était indispensable de faire un rempotage afin de lui offrir de la place pour la future pousse des racines.

Aspect de l’arbre avant le rempotage : on peut constater que la surface de la terre est couverte d’algue ce qui présage un taux d’humidité trop important du substrat  du fait de la saturation des racines dans la poterie.

On peut estimer que cet arbre n’a pas été rempoté depuis au moins 7  à 10 ans, ce qui peut être préjudiciable à sa santé.

état initial de la forêt

Pour ce rempotage il me faut l’aide de deux amis car seul, cet arbre n’est pas manipulable.

On commencera par décoller le bord de la motte racinaire du pot avec le plat d’une griffe à rempotage. Les arbres non rempotés depuis de nombreuses années sont difficile à extraire de leur pot comme s’ ils avaient été collé à celui ci.

L’arbre sorti j’en profite pour faire un bon nettoyage de la poterie qui était couverte de calcaire sur le rebord supérieur.

l’excédant est enlevé avec une lame de couteau puis la finition à l’aide d’une gomme de polissage afin de ne pas abîmer le pot, mais malheureusement nous n’avons pas le choix, la patine sera enlevée aussi du moins juste sur la partie supérieure ou elle reviendra rapidement.

nettoyage des traces de calcaire sur les pots à bonsaï

Une fois la poterie nettoyée il nous faut démarrer le rempotage en commençant à gratter le dessus de la motte puis les cotés et le dessous en plus de gratter le substrat, je décide de passer la motte au jet d’eau afin de bien enlever la terre colmatée dans le pin racinaire.

La taille des racines peut commencer, dans le cas suivant on veillera à conserver  une motte compacte, il ne s’agit pas de faire de grosse taille de racine ce qui aurait pour effet de redonner trop de vigueur à l’arbre.

détail de la taille des racines lors du rempotage d'un forêt de maitre KATO

Enfin vient la mise en place de l’arbre dans son nouveau substrat, il faut bien veiller à fixer l’arbre au pot.

Deux personnes sont nécessaire pour cette opération et je remercie particulièrement Pascal et Patrick pour le coup de main.

pose de la forêt dans son nouveau substrat d'akadama

Une fois le travail fini avec la pose des mousses en surface afin de garder un taux d’humidité important pour la pousse des futures radicelles.

L’arbre poussera librement jusqu’à  juin et sera taillé seulement à cette période, une fois la vigueur revenue, le cycle de travail de la ramification sera repris afin de faire avancer l’arbre.

forêt de charme par Saburo Kato, rempotée en 2014