Kagoshima-1024x683

Seiju-ten japon 2017

En novembre 2016 à la suite d’une rigolade avec un ami japonais, nous lançions un projet d’exposer ensemble au japon lors de l’exposition nationale de kyushu la fameuse « Seiju-ten » organisée par la nippon bonsaï association.

Il est assez courant de voir quelques européens exposer au japon, mais sans un réél investissement personnel sur les choix du kazari et se qui le compose.

Dans mon cas je souhaitais vraiment prendre part à cet aventure et m’investir autant que possible dans les choix de la composition, après avoir décidé du style de présentation « santen-kazari » ( arbre principal et arbre secondaire accompagné d’un shitakusa) je devais trouver au japon mon arbre principal.

Après avoir parcouru quelques jardins méconnus en Europe, je jetais mon dévolu sur un pin noir semi-cascade/néagari variété yatsubuza ( aiguilles courtes naturelles) provenant de chez Mr Oza, un arbre puissant mais à la fois très élégant de part sa structure et son style, ce fut un réel plaisir de faire l’acquisition de cet arbre à ce grand monsieur au regard que l’on oublie pas.

Mr Oza, l’arbre et moi à son achat.

 

Une fois le choix de l’arbre principal défini, il fallait trouver l’arbre secondaire qui allait accompagner le pin, dans ce cas mon ami apportait son accompagnement avec un superbe kaede, issu de marcottage il y a de nombreuses années et primé lors de la prestigieuse exposition « gafu-ten ».

Le kaede de mon ami.

 

Les arbres choisis, il nous fallait donc définir l’organisation des travaux à réaliser sur les arbres et la fabrication des tablettes pour le jour J, dans mon cas je ne pouvais pas me rendre au japon pour réaliser le ligaturage de l’arbre en milieu de saison 2017, il a donc été décidé de confier cette tache à Mr Nagata ( professionnel dans la région de yamaguchi ) c’est également lui qui était charger de garder l’arbre dans son jardin durant l’année 2017 et d’apporter notre présentation à la seijuten.

Mr Nagata honoré de se voir confier le travail de mon pin.

 

Du coté tablette je voulais absolument la faire fabriquer en France et pour ce faire je demandais à mon ami et élève Pierre.

Après de longues discussions et échanges de point de vue nous nous orientons sur un modèle de tablette haute ( adaptée au semi-cascade) et ornée d’une superbe frise à double motif visuel ( pétales de fleurs et ou losanges dans un rond ) cette frise est très particulière du fait de ce coté visuel qui permet de voir 2 motifs différents en fonction de l’angle ou l’on regarde la tablette.

Pour le bois nous choisissons d’utiliser du noyer bois noble notamment très utilisé pour la fabrication des violons, de plus Pierre me fait le plaisir de réaliser la tablette dans les plus beaux morceaux de noyer avec les ondes du bois.

La tablette en cours de fabrication, regardez bien vous y verrez le fameux détail de la frise!

 

Détails du plateau et des ondes du noyer.

 

En cours de saison je recevais régulièrement des nouvelles de mon arbre et des essais de présentation suite à l’envoi de la tablette au japon, à la réception de cette tablette, Mr Nagata dit « c’est un travail de japonais » la qualité est parfaite et considérée comme un objet rare, en effet au japon on apporte une attention très particulière aux objets qui entourent le bonsaï, on considère que l’ensemble de la présentation doit avoir la même qualité de finition.

Essais de présentation au japon suite à la réception de la tablette.

 

 

Le jour J, me voila accueillit par Mr Nagata au matin de l’ouverture de la seiju-ten, les regards des « papy » japonais tournés vers nous!

En effet je suis le premier européen à exposer sur ‘l’île de kyushu dans une exposition nationale et de surcroît avec un japonais.

Je sens clairement une grande joie des professionnels présents de voir des jeunes s’intéresser au bonsaï, une fois les présentations faites, Mr Nagata me mène vers la présentation de notre santen-kazari, et là je découvre enfin l’aboutissement de plusieurs mois de choix et de discussions d’un pays à l’autre séparés par plus de 10.000km…..avec il faut le dire une différence de culture énorme…mais c’est là que je me rencontre que le bonsaï est universel et sert à rassembler les gens!

le santen-kazari réalisé.

Je souhaite encore remercier,

Mr Oza, Mr Nagata, Akito et Pierre pour leur aide indispensable, ce moment restera graver à jamais dans ma mémoire…

 

Et pour le plaisir quelques photos de cette superbe exposition, vous pourrez constater le niveau qui selon moi n’a rien a envier aux grandes expositions…