IMG_3399

Inspiration Kazari « Asahi No De-Oi »

En ce début de mois d’août pour le moins pluvieux, je choisi de vous faire partager ce kazari d’été.

Fagus crenata exposé dans le tokonoma en été :

Pour cela j’ai sélectionné un Fagus Crenata ou hêtre crénelé du japon du style droit formel ou « chokkan », il se distingue des autres hêtres par son écorce blanche et lisse et à ses feuilles crénelées sur le bord.

la poterie est de John PITT bien connu pour ses superbes pots et émaux patinés. La teinte est bleue/grise craquelée avec des aspérités. Il faut souligner que les pots de John ont la capacité de prendre de la patine très facilement, un avantage non négligeable quand on veut acquérir le fameux « wabi-sabi ».

La forme rectangle est choisie pour cet arbre en rapport avec son style « droit » que l’on pourrait assimiler au SHIN mais vous me direz que les feuillus sont classifiés en GYO et c’est pour cela que le pot a les angles arrondis afin d’exprimer le GYO.

IMG_3420

La tablette qui accompagne l’arbre est de teinte brun foncé à petits barreaux idéale pour la présentation des feuillus, d’une hauteur moyenne car l’arbre est assez haut donc il faut bien veiller à ce que celui ci ne soit pas trop haut dans le tokonoma.

La plante d’accompagnement est de type fougères avec un feuillage très particulier dû à ses reflets  métalliques: Athyrium niponicum ‘Pictum’ syn. ‘Metallicum’

athyriumniponicumpictum

 

Pour compléter le kazari je décide d’utiliser un Kakéjiku représentant un coucher de soleil d’été avec quelques nuages rasants, la traduction littéraire japonaise est la suivante: « ASAHI NO DE-OI » peinture qui date du début des années 80.

IMG_3424

 

Avec ses différents éléments j’ai souhaiter exprimer ce que la nature peut nous offrir.

Imaginez  vous en une fin de journée d’été ensoleillée dans une grande plaine ou se trouve un grand arbre tranquille comme le maître des lieux… vous vous laissez emporter par cette sensation d’immensité du vide et tout simplement la contemplation de ce superbe coucher de soleil qui vient juste frôler les branches du grand arbre pour disparaître doucement…

Un jour on m’a dit que le meilleur moyen de pratiquer cet art était de faire attention à ce que la nature à créée et suivre son chemin non pas aveuglément mais spirituellement…et de le retranscrire dans la pratique de l’art du bonsaï.

fagus crenata exposé dans le tokonoma en été - hêtre kazari

bonne observation.

Alexandre