L02---Ecorce-de-pin

Evolution d’un pin rouge « Akamatsu » sur une année.

Il y a deux ans de cela je faisais l’acquisition d’un pin rouge du japon ou pinus Densiflora appelé aussi par les japonais AKAMATSU.
Cette variété de pin possède une écorce très marquée rougeâtre et sont feuillage vert/jaune le caractérise afin de le différencier de son cousin le pin de thumberg.

Les exigences de culture et de taille sont quasiment identique à celle de son homologue le pin noir du japon.
Après avoir acquis l’arbre et constaté la difficulté de son arrosage dû à un substrat très compact, je décide de le rempoter au printemps 2014.

 

Aspect de l’arbre avant le rempotage sur sa face initiale de travail.

IMG_3226

 

Après inspection on s »aperçoit que les trous de drainage du pot sont complètement obstrués par les mychorises ce qui s’avère être une bonne chose pour la santé de l’arbre.

Mais à ce stade il nous faut redonner un substrat drainant à l’arbre pour sa survie.

Vue du dessous de la poterie.

IMG_3233

 

Pour démarrer le rempotage, dans ce cas de figure il vous faudra vous munir d’une griffe de rempotage ou d’une cerpe afin de décoller la motte des bords du pot pour permettre l’extraction de l’arbre.

 

Une fois l’arbre sortit on peut constater la bonne qualité du racinaire en périphérie de la motte contrairement au cœur du substrat ou une partie des racines sont en mauvais état dû à une trop forte rétention d’eau ainsi qu’au manque d’hydratation.

IMG_3242

 

A l’aide d’une baguette de bambou je démêle la motte et si nécessaire  je coupe le pain racinaire en périphérie qui lui est quasiment indémêlable mais qui se détache assez facilement, il n’y a aucun risque à faire cela car l’arbre émettra de nouvelle racine rapidement sous réserve d’appliquer les soins au poste rempotage.

Aspect de la motte après la préparation du pain racinaire, on peut constater que 40% du racinaire à été supprimé.

IMG_3247

 

SOINS AU POST REMPOTAGE

1. Protéger du vent excessif et du gel

2. Gérer les arrosages avec attention : éviter les excès et les manques

3. Poser une couche de sphaigne au préalablement frotté sur un tamis afin d’obtenir une « poudre » que vous déposerez sur la surface du sol afin de maintenir une hygrométrie constante, les racines pousseront plus fortement encore.

4. Arrosage au glucose anhydre dilué à 7gr/litres d’eau et en pulvérisation foliaire à la même dilution.

5. Placer au soleil si possible, sous réserve de pouvoir gérer l’arrosage précisément, autrement placer à la mi-ombre.

 

Une fois le rempotage fini et la nouvelle face choisie, l’arbre va maintenant pousser librement toute la saison avant une remise en forme à l’automne, il sera fortement engraissé durant le printemps avec des engrais organique et chimique à décomposition lente.

IMG_3248

 

 

REMISE EN FORME AVEC JEAN PHILIPE HOAREAU

Octobre 2014 à l’occasion de la venue de Jean Philippe « NOREGO bonsaï » , je lui confie la mise en forme de cet arbre avec le critère de la nouvelle face que j’avait défini lors du rempotage.

L’arbre en cours de travail.

10431185_833510986683462_5659796128353331353_o

 

Après quelques heures de travail l’arbre apparaît enfin avec un nouvel avenir en perspective, J.P m’avoue la difficulté de la mise en forme des branches de cet arbre, en effet l’arbre est vieux et raide, les branches voire même les ramifications sont cassantes comme du verre, il faut aussi être vigilant à l’écorce très desquamé afin de ne pas l’arracher et dénaturer le caractère de l’arbre.

10686944_1474004956210090_557653840741404156_n

Merci à Jean Philippe pour son travail précis et esthétique!

Je conçois l’art de pratiquer le bonsaï avec des amis qui partage le même amour pour le végétal mais aussi de ne pas s’enfermer dans sa propre auto-satisfaction où l’on considère que ce que l’on créé est forcément « parfait »…

Le partage et l’ouverture sont les clefs de la progression du bonsaï français!

Alors, amis bonsaïka c’est à vous de jouer…